PÉTITION : À l’initiative du SNUDI FO 43

Publié le Catégories Informations

Pour l’instauration du dépistage systématique des personnels du 1 er degré de l’Education Nationale de Haute Loire

http://snudifo43.fr/petition/

Nous soussigné(e)s, personnels du 1er degré de l’Éducation Nationale sommes confrontés en cette période de pandémie du COVID 19 :

  • 1. aux problèmes sanitaires posés par :
    • La garde des enfants des soignants et des autres travailleurs contraints d’aller travailler,
    • les contacts avec les familles
  • 2. aux problèmes posés par la continuité pédagogique :
    • inégalitaire et inefficace pour les enfants
    • extrêmement chronophage pour les enseignants
    • très difficile à mettre en œuvre pour les personnels gardant leurs propres enfants

Nous constatons qu’à ce jour, en dehors du confinement à l’aveugle, aucune mesure n’a été prise pour protéger les personnels et notamment ceux qui se retrouvent sur le terrain. Or la pandémie commence à gagner plusieurs établissements scolaires dont l’école d’Espaly dans le département sans qu’aucune mesure de dépistage des personnels ne soit prise alors qu’ils ont été pourtant en contact avec des malades suspectés d’être infectés. Pourtant obligation réglementaire est à notre employeur d’assurer la surveillance des personnels à risque (article 24 du décret 82-453 modifié).

  • Il en va de notre santé, de notre vie et de celle des collègues.
  • Il en va de la santé, de l’avenir et de la vie de nos élèves et de leurs parents.
  • Nous voulons retrouver au plus vite une activité normale.

Nous refusons la fatalité du développement de la pandémie telle que la laisse s’instaurer le gouvernement à travers le confinement aveugle de la population, le conseil scientifique du 25 mars 2020 indiquant que « … l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pour le moment pas réalisable à l’échelle nationale. »

Pourtant le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé lundi tous les pays à intensifier les tests de dépistage de coronavirus comme meilleur moyen de ralentir la progression de la pandémie de COVID-19.

Nous dénonçons le choix du gouvernement de passer à la production de 29 000 tests/ semaine (annonces du président MACRON le 26 mars 2020) alors que l’Allemagne en produit 500 000/ semaine, alors que c’est ce dépistage massif qui a permis de juguler l‘épidémie en Corée du Sud.

Nous dénonçons le fait que le gouvernement préfère verser 300 milliards de fonds publics aux banques et aux grosses fortunes industrielles plutôt que d’investir massivement dans la fabrication des masques et des tests de dépistage pour les salariés, en premier lieu les soignants et les enseignants.

Nous dénonçons également le fait que profitant du développement de l’épidémie, le ministère de l’Éducation Nationale donne la consigne aux Recteurs et DASEN de mener les opérations de carte scolaire coute que coute, afin de décider de fermer des classes ( 6 postes devant être supprimés en Hte Loire) comme si l’exemple du marasme dans lequel ils ont plongé les hôpitaux, ne suffisait pas pour décider de stopper immédiatement la destruction du service public.

C’est pourquoi, nous personnels soussignés exigeons :

  • la mise en place immédiate du dépistage systématique pour endiguer l’épidémie., à commencer par celui de nos collègues ayant des symptômes et tous ceux ayant été en contact avec des personnes infectés, tous les personnels travaillant dans les pôles d’accueil d’enfants de soignants ou ceux s’étant rendu sur leur lieu de travail en application des consignes de M.Blanquer (rendez-vous avec les parents, transmission de documents)
  • L’annulation immédiate des 6 suppressions de postes dans notre département et l’abandon des décisions de fermetures de classes

http://snudifo43.fr/petition/

Pétition version papier

Carte scolaire 2020

Publié le Catégories Informations

L’urgence est-elle à acter les fermetures de classes et de postes?

 

L’IA maintient le Comité Technique!

 

Contre la volonté unanime des organisations syndicales (FNEC FP FO, FSU, UNSA), l’Inspectrice d’Académie a décidé de maintenir le comité technique départemental pour acter les fermetures de classes et de postes lundi 30 mars.

Alors que le président a déclaré que nous étions « en guerre contre le coronavirus », pourquoi le Ministre, le Recteur et l’Inspectrice d’Académie estiment-ils si urgent d’acter les mesures de carte scolaire en application des politiques d’austérité budgétaire?

Pour le SNUDI-FO, à contrario, l’urgence serait de suspendre toutes les suppressions de postes et de se consacrer à la protection et au dépistage des personnels, à commencer par les enseignants volontaires pour accueillir les enfants de soignants.

S’agit-il d’utiliser la crise sanitaire pour faire une carte scolaire au vitriol en s’évitant un conflit avec les personnels et les organisations syndicales, les parents et les élus confinés chez eux?

Par ces temps difficiles pour les travailleurs, les familles et leurs enfants, la FNEC FP FO ne laissera pas faire et interviendra pour demander la suspension de toutes les fermetures et pour l’ouverture de classes et de postes partout où cela est nécessaire.

Le SNUDI-FO remercie l’ensemble des collègues qui lui ont permis de récolter les effectifs d’élèves de toutes les écoles publique du département pour l’année en cours et toutes les prévisions pour la rentrée prochaine.

Cette enquête permet de mettre en lumière les chiffres erronés fournis par notre administration et de contredire l’argument de la baisse démographique d’élèves sur laquelle s’appuie le ministère et le rectorat pour supprimer des postes.

 

Pour l’année 2019/2020

L’Administration comptabilise 13 808 élèves dans les écoles du département – l’enquête du SNUDI-FO en dénombre 14 102 (soit une différence de 294 élèves)

Pour l’année 2020/2021

L’Administration prévoit 13 984 élèves – l’enquête du SNUDI-FO en prévoit 14 209 (soit une différence de 221 élèves)


Pour avoir les résultats complets de l’enquête montrant l’évolution positive de la démographie scolaire dans les écoles publiques du département, prenez connaissance du communiqué de la FNEC FP FO envoyé ce jour à la presse en pièce jointe.


Malgré les difficultés liés au confinement, les militants du SNUDI-FO ont contacté les adhérents et contacts de l’ensemble des écoles listées par l’Inspectrice d’Académie afin de constituer les dossiers pour défendre les classes, les conditions de travail des personnels et d’accueil des élèves.

Vous pouvez compter sur les représentants FO pour défendre tous les dossiers qui leur sont confiés pour les demandes d’ouvertures et contre les fermetures.

Coronavirus ou pas, le SNUDI-FO ne mettra pas les revendications des personnels en quarantaine :

  • Aucune fermeture
  • Ouverture de toutes les classes nécessaires
  • Création des postes de TR nécessaires
  • Création de tous les postes d’enseignants spécialisés nécessaires
  • Ouvertures et réouvertures des structures spécialisées
  • Distribution de tous les moyens de protection nécessaires pour les personnels au travail
  • Dépistage systématique de tous les personnels, en commençant par les personnels qui accueillent les enfants de soignants.

Guerre contre le Covid 19 ou guerre contre les acquis

et les droits des travailleurs?

Prenez connaissance du communiqué de presse de l’UD FO 43

« Pas de pacte social, retrait des ordonnances contre les congés et la durée du travail ! »

L’Union Départementale FO s’est livrée à une analyse des ordonnances prises le 25 mars. Ce sont des remises en cause importantes du Code du Travail qui ont été adoptées:

  • Remise en cause de la durée hebdomadaire de travail,
  • Possibilité de supprimer le repos hebdomadaire le dimanche
  • Possibilité de ramener le repos quotidien ramené à 9h au lieu de 11h
  • Utilisation à la guise de l’employeur des RTT et des comptes épargnes temps

Les règles du Code du Travail ont été mises en place pour protéger les salariés, leur santé et leur sécurité. Leur remise en cause est décidée jusqu’au 31 décembre 2020. S’agit-il bien d’un combat contre le virus ?

Oui, les salariés sont fondés à douter!

Communiqué de presse Carte scolaire 2020 Communiqué de presse UD FO 43

Dernière information: la présence des personnels dans les écoles sur la base du volontariat

Publié le Catégories Informations

Covid 19: dernière information

 
En application des propos du ministre de ce matin : « Une personne qui n’est pas volontaire ne doit pas venir », notamment « si elle n’est pas à l’aise psychologiquement avec cette situation», le Recteur vient de confirmer que les personnels ne peuvent se rendre sur leur lieu de travail que sur la base du volontariat.
 
Pour autant de nombreux problèmes restent posés:
  • Les directeurs ne sont pas plus responsables de l’accueil des enfants et des familles que les adjoints, il ne sont pas plus responsables de la mise en oeuvre de la continuité pédagogique. Autant que leurs collègues, leur présence dans l’école doit se faire sur la base du volontariat. La crise sanitaire ne peut être un prétexte pour remettre en cause les missions et obligations des directeurs et directrices d’école.
  • Rien n’est mise en oeuvre pour protéger la santé des personnels en particulier ceux qui accueilleront les enfants de parents soignants réquisitionnés. Pour tout problème ou toute alerte, le SNUDI-FO invite les personnels à ne pas hésiter à utiliser leur droit de retrait et à appeler les représentants FO au CHSCT-D.
  • Comment gérer la présence d’élèves ne relevant pas de l’obligation d’accueil qui viendraient tout de même à l’école? (Quel accueil? Qui prévenir?…)
  • Le télétravail est régi par des textes réglementaires strictes: volontariat, organisation du travail, horaire de travail, matériel.
 
Les militants du SNUDI-FO 43 sont disponibles pour répondre à toutes les questions que vous vous posez et pour vous conseiller et vous accompagner pour tout problème que vous rencontrerez dans les prochains jours.
communiqué intersyndical covid19 Communiqué FNEC FP-FO du 15 mars 2020 – Covid 19

Déclaration de la CE de l’UD de la Haute Loire

Publié le Catégories Informations

Communiqué de la Commission Exécutive de l’Union Départementale FORCE OUVRIERE de la Haute-Loire – 13 mars 2020

Coronavirus, pas de quarantaine pour les revendications

La commission exécutive de l’Union Départementale FO se réunit le 13 mars 2020, le lendemain de l’intervention du Président de la République.

Tous les militants FO sont  inquiets face au développement de la crise sanitaire. Ils le sont d’autant plus que les grèves qui se sont déroulées ces derniers mois à l’hôpital public ont mis en lumière les difficultés croissantes de fonctionnement au quotidien dues aux suppressions d’emplois par dizaines de milliers ces dernières années.

Assurer la santé publique pour FO passe par l’annulation des contre réformes contre l’hôpital et par la création massive de postes, la réouverture des lits et des services.

Depuis 2006 (au moins) les programmes de recherche scientifique sur le coronavirus ont subi des réductions drastiques. De même, les fermetures d’entreprises textiles qui participent à la fabrication de masques médicaux, telle la SA Cheynet à St Just Malmont en 2019, créent une situation de pénurie.

Les salariés ne doivent pas être les premières victimes : l’Union Départementale  FO appelle ses syndicats et sections syndicales à agir pour que toutes les mesures soient prises par les employeurs pour protéger la santé et la sécurité au travail (en particulier pour les salariés à risque),  pour préserver les conditions de travail et de rémunération, pour permettre la garde des enfants au foyer. Elle les appelle à la vigilance sur le respect de la législation de mise en place du télétravail.  

De même, les obligations de réunion et de consultation des représentants du personnel sur toutes les mesures qui concernent les salariés  doivent être respectées, dans le privé et le public pour que le syndicat puisse faire valoir ses revendications.

Face à la récession économique, l’Union Départementale sera aux côtés de  ses structures qui agissent pour le maintien de l’emploi et des salaires dans les entreprises qui pourraient se trouver en difficulté.

Dans une telle situation, nombre de salariés en intérim et en CDD  risquent de se trouver très vite au chômage. La nouvelle réglementation fixée par le gouvernement entrera en vigueur le premier avril. Elle conduit à une baisse importante des droits et de l’indemnisation des demandeurs d’emploi. FO exige que cette réforme ne soit pas mise en place.

Le chef de l’Etat a appelé à « faire bloc ». En même temps il poursuit le processus d’adoption du projet de loi  sur les retraites et  c’est lors du premier conseil des ministres de crise sur le coronavirus que la décision de recourir au 49-3 a été prise. FO se félicite de la réaction de colère spontanée suite à cette annonce qui renforce l’esprit de résistance et de combat qui s’est manifesté depuis le 5 décembre 2019 sur l’exigence qui demeure : le retrait de la réforme.

Nous ne mettrons pas notre action revendicative en quarantaine !

Nous n’accepterons aucune remise en cause de notre droit à agir collectivement, à nous rassembler et à manifester pour stopper l’adoption du régime universel par points. De même nous condamnons l’escalade  de la répression gouvernementale à l’encontre de tous les  manifestants : syndicalistes, gilets jaunes, lycéens, avocats, sapeurs pompiers, féministes… La situation d’urgence ne saurait être prétexte à une remise en cause des libertés publiques.

Des initiatives intersyndicales sont prises: réunions publiques au Puy, Brioude et Monistrol sur Loire, grève nationale interprofessionnelle du 31 mars. La Commission Exécutive appelle ses syndicats à continuer de réunir leurs instances syndicales, à organiser réunions et assemblées générales des salariés pour discuter et décider de l’action efficace pour les revendications et rappelle que la préparation de la grève interprofessionnelle jusqu’à satisfaction reste à l’ordre du jour.

Adopté à l’unanimité le 13 mars 2020 – 11h30

DERNIÈRE MINUTE : Le premier ministre a annoncé à 14 h l’annulation de tous les rassemblements de plus de 100 personnes. Notre communiqué reste d’actualité : nous n’acceptons pas !

Déclaration CE de l’UD 13 mars

49.3 ou pas, on ne lâchera pas !

Publié le Catégories Informations

C’est un conseil des ministres prétendument destiné aux mesures contre le coronavirus qui a finalement décidé de l’application du 49-3, pour imposer une réforme rejetée par la majorité des salariés et de la population. Quelques heures après l’annonce du 49.3 des milliers de salariés se sont rassemblés dans des manifestations spontanées, comme au Puy en Velay, dans tout le pays : à Toulouse, Lyon, Lille, Amiens, Paris, Bordeaux, le Mans, Montpellier, Besançon, Niort, Grenoble, Strasbourg, Nancy, Dijon, Caen, Rodez, Bayonne, Avignon …

Sans surprise, le gouvernement continue d’utiliser tous les moyens autoritaires dont il  dispose pour faire passer une réforme injusterejetée par la majorité de la population (60 % opposés à la réforme, 70 % opposés au 49.3). Après les violences policières, la réquisition des grévistes, c’est aujourd’hui un nouveau déni de démocratie avec le 49.3.

Les confédérations ont dénoncé ce passage en force et se sont réunies ce matin. (prenez connaissance du communiqué intersyndical en pj)

C’est dans ce contexte que les organisations syndicales du département, avec les gilets jaunes, ont décidé d’appeler comme dans toute la France à des rassemblements : (prenez connaissance du tract intersyndical en pj)

mardi 3 mars à 18h

Devant la préfecture du Puy en Velay

Devant la sous-préfecture de Brioude  

au moment où les motions de censure seront discutées à l’Assemblée Nationale

Communiqué intersyndical 2.03.20 Tract intersyndical 43 3 mars 2020

Tous en grève le jeudi 20 février

Publié le Catégories Informations

Un millier au Puy hier encore jeudi 6 février!

CA NE DÉSARME PAS!

La bataille engagée depuis le 5 décembre a complètement discrédité et déstabilisé le gouvernement. Les démissions multiples de députés, les divisions criantes au sein de LaREM, la raclée annoncée des listes Macronistes aux municipales sont à mettre à l’actif de la résistance acharnée des travailleurs avec leurs organisations syndicales.

Le gouvernement commence même à s’interroger sur sa capacité à faire passer sa loi à l’assemblée nationale!

Ça se fissure de partout du côté de la clique Macron /Philippe et en face, malgré la répression, les violences et les intimidations, ça ne désarme pas.

Nous allons gagner!

La grève se poursuit et s’ancre dans de nouveaux secteurs (éboueurs, avocats, énergie, salariés de la CARSAT …), reprend dans d’autres (Opéra de Paris, RATP le 13 février,…)

Les étudiants et les lycéens entrent dans la danse.

De nouvelles revendications s’agrègent: plus de 320 lycées impactés par la grève pour l’annulation des E3C, manifestations massives contre les diminutions d’heures dans les lycées et collèges (500 manifestants à Monistrol/lLoire), colère noire des enseignants du 93 suite au retrait de salaire pour la journée d’hommage à Christine RENON

Les confédérations FO, CGT avec la FSU, Solidaire et les organisations de jeunesse ont indiqué qu’elles ne lâcheront rien jusqu’au retrait et appellent à une nouvelle journée de grève et de manifestations interprofessionnelles le 20 février.