Convention « élus/Rectorat »

Publié le Catégories Autres

Convention « ruralité » Info ou intox ?

L’Inspecteur d?Académie de la Haute-Loire vient de s’exprimer sur son bilan suite à  la Convention ?élus/Rectorat? d?octobre 2015.

La FNEC FP FO tient à  réagir en indiquant qu?il s’agit là  de pure « COM ». 

Monsieur l’Inspecteur d?Académie prétend avoir conservé une cinquantaine de postes au regard des pertes d’effectifs de l?Ecole Publique en Haute-Loire. Au-delà  de ce chiffre de 50 sorti d?on ne sait oà¹, la FNEC FP FO rappelle pour sa part que plusieurs actions effectuées dans le cadre de cette convention ont eu des effets calamiteux pour l?Ecole Publique.

La fusion des 6 écoles publiques de la ville de BRIOUDE, décidée par le Maire de Brioude et l’Inspecteur d?Académie s’est traduite par la perte de 120 élèves dans les écoles brivadoises en 3 ans au profit notamment de l?école privée.

La tentative malencontreuse de déplacement de population scolaire à  St Paul de Tartas, s’est traduite par la transformation du plateau en désert scolaire.

Des dizaines d’enfants de 2 ans ne sont pas comptabilisées dans les effectifs des écoles publiques et ne sont donc pas pris en compte pour les ouvertures et fermetures de classe par l’Inspecteur d?Académie. Des dizaines d’autres ne sont plus accueillis à  l?Ecole Publique. (Pour comparaison en 2003, 1141 élèves de 2 ans été scolarisés contre 730 au constat de rentrée 2018)

L’Inspecteur d?Académie promeut des jardins d?éveil, prétendant que l’accueil des 2 à  4 ans dans les classes uniques n’est pas possible. Des dizaines d’enfants ne sont là  aussi plus pris en compte dans les effectifs des écoles publiques alors que jusqu?à  présent ils y étaient dà»ment scolarisés. C’est également l?occasion de rappeler que rien n’empàªche l’administration de l?Education Nationale d’accorder les dérogations pour les 2/5 ans dans les écoles publiques. 

Monsieur l’Inspecteur d?Académie affiche un satisfécit quant à  la création de Regroupements Pédagogiques intercommunaux. Il faut savoir que les regroupements créés sont le plus souvent virtuels puisqu?ils associent des communes qui n?ont plus d?école depuis fort longtemps avec des communes ayant pu conservées un service public de proximité. C’est le cas par exemple de Bournoncle qui a une école et de St Géron qui n’en a pas. Il s’agit là  encore de COM. Par ailleurs le regroupement d?écoles amène nécessairement une diminution des moyens et donc une dégradation des conditions de travail des enfants et des enseignants.

La FNEC FP FO tire un tout autre bilan de ces 3 années placées sous le signe de l’austérité. En 2017/2018 le syndicat FO a déploré des milliers de journées sans remplacement de maôtres absents. C’est donc que le département est en sous effectif d’enseignants.

Lors du Comité Technique de rentrée, l’Inspecteur d?Académie a refusé d?ouvrir dans de nombreuses écoles ayant dépassé ou proches de ses seuils de gestion : Vergongheon maternelle, Frugères les Mines, Le Brignon, Bas-en-Basset élémentaire, Monistrol Albert Jacquard maternelle, St Geneys près St Paulien, St Christophe sur Dolaizon, Espaly St Marcel maternelle, St Martin de Fugère et Beauzac maternelle.

Nous partageons donc l’expression très mitigée du maire de BEAUZAC, Jean Proriol pourtant signataire de la convention qui relève qu?il est difficile de comprendre que les enfants de moins de 3 ans ne soient pas comptés dans les effectifs.

FO salue d’ailleurs la mobilisation des parents d?élèves de Beauzac qui exigent l?ouverture d’une classe et défendra cette situation lors du CDEN (Comité Départemental de l?Education Nationale) qui se tiendra vendredi. 

Enfin, la FNEC FP FO avait jugé que cette convention avanà§ait dangereusement dans la « territorialisation » de l?école de la République. Nous constatons que nos craintes sont vérifiées. Le droit à  scolariser les petits est donc aujourd?hui lié à  l’existence de projet spécifique avec les municipalités. Les droits sont donc différenciés selon le lieu o๠résident les parents. Le calamiteux épisode de la semaine sur 5 jours a cependant affirmé que le calendrier et les horaires de l?école sont désormais de la compétence des collectivités. FO reste demandeur du retour à  un calendrier national. 

La FNEC FP FO invite l’Inspecteur d?Académie à  moins de triomphalisme et d’auto satisfecit mais lui demande de prendre en compte les revendications : 

·         Création des postes de titulaires remplaà§ants permettant un remplacement effectif des enseignants absents sur l’ensemble du département

·         Accueil de tous les enfants de 2, 3 et 4 ans dans les écoles publiques du département

·         Ouverture de classes là  o๠les besoins sont là